Légende et Présentation des plans

Le relevé archéologique correspond à la « radiographie d’un objet » qui dénote tous les composants structurels formels et matériels qui le constituent. 

Tenir en une seule représentation l’ensemble de ces informations, d’une grande précision est un véritable exploit. 

La lecture de ces documents est rendue difficile par la superposition et la densité des données récoltées, qu’il faudra décomposer puis recomposer pour les comprendre. 

La richesse de ces données traitées à l’aide des techniques sophistiquées de l’informatique peut conduire à une représentation en trois dimensions sélectives et reconstitutives, de lecture plus usuelle. 

Les images qui suivent illustrent avec pertinence ces quelques observations introductives : 

  1. Plan de la « grande grotte » de la Tour Baudet. 
  2. Coupe longitudinale de l’infrastructure de la Tour 
  3. Coupe transversale fournit le détail de la structure des murs de l’enceinte ou des ouvertures 
  4. Coupe transversale de la Salle Papon 
  5. Coupe nord- sud de la porte Baudet 

 I/ Tour Baudet « Grande Grotte » 

Les plans superposés à l’échelle d’environ 1cm par mètre représentent 

  1. En fond : les vestiges de la construction primitive sans rapport avec la tour, composés de murs en boulets d’un mur en pierre appareillé et de la silhouette d’un escalier balancé  sans doute récent. 
  2. En superposition, le plan de la tour figurant les murs composites de grande épaisseur (environ 2m), percés d’ouvertures droites de passage d’ouverture à embrasures convergentes pour l’éclairage ou en meurtrière de défense. 
  3. Le tracé des deux voûtes en croisée d’ogives renseigne sur le type de recouvrement. 

 II/la coupe longitudinale 

De l’infrastructure de la tour précise la nature de la construction antérieure ; le type de plancher à voutains.  

 III/ La coupe transversale de la Tour 

Donne le détail de l’appareil des ouvertures et renseigne sur le type de couvrement de ces ouvertures. 

  1. La structure du mur d’enceint qui est exécutée en blocage de caillou chaîné horizontalement par des assises composées de plus gros cailloux, plusieurs fois sur la hauteur du mur. 
  2. La liaison en harpe de la pierre de toile avec le mur « tout venant » 
  3. Le remplissage du mur au mortier, au droit de l’ancien plancher 
  4. Les fissures verticales de discontinuité du mur et ou de tassement. 
  5. L’appareillage très soigné de l’arc doubleau de la voûte en croisée d’ogives 

Sont figurés avec toute la précision nécessaire à la compréhension technique de l’ouvrage. 

On constate une fois encore la richesse mais aussi la complexité de ce type d’appréhension. 

IV/ la coupe transversale (est- ouest) de la Salle Papon représente 

  1. Le profil des voûtes d’arêtes sur boisées 
  2. Le détail du mur nord où est représentées la succession des interventions et modifications dans le temps, pour faire face aux changements d’affectations de ces lieux. 
  3. La disparité de cette structure, son hétérogénéité laisse apparaître (par le diagnostic) des dégradations significatives.
  4. Les fissures, les réparations approximatives, la disparité des matériaux, les sources de perturbations aggravées.

 V/ la coupe Nord-Sud (non localisée avec précision) de reconstitutions de la Porte Baudet 

Elle présente toute une série de construction imbriquées : en alternance de maçonnerie de pierre de blocage, de briques pleines de terre cuite révélant les époques de transformations multiples exemple typique de « radiographie » de l’objet par superposition (réel ou virtuel). 

 Pour conclure : 

Nous regrettons de ne pas avoir pu présenter un commentaire de ces images autrement que par l’évocation succincte d’un « code de lecture » architectonique et technique de base. Faute de quoi toute compréhension utile de ces documents devient illusoire et par conséquent sans grand intérêt. 

Pierre Merminod
Arch- prof
Genève le 13 février 2008

 

Photos :

 

Plans :